Avatar de admin

par

La tablette numérique n’a plus de secrets pour elles

Le avril 6, 2013 dans Tous connectés

Le groupe des retraitées : «  Notre passion doit devenir contagieuse. »

Avec l’appui du centre socioculturel des Trois-Cités, le foyer Marie-Louise Troubat initie ses résidentes à la tablette numérique. Avec succès.

La proposition a été lancée à l’ensemble des résidents du foyer Marie-Louise Troubat aux Trois-Cités. Mais, il faut bien l’avouer, seules ces dames ont répondu à l’invitation. Enfin presque : un monsieur participe également aux ateliers qui ont lieu tous les vendredis matins.

S’initier à la tablette numérique ? Au départ, l’idée a paru saugrenue. « A notre âge… » Refrain maintes fois entendu. Et puis finalement, un petit groupe d’une dizaine de retraités a été conquis.

Atténuer la fracture numérique

Huguette (elle ne veut pas que l’on cite son nom) : « Je suis venue par curiosité. Je ne voulais pas être idiote. On tapote. On essaie de trouver. » Geneviève (elle non plus ne veut pas être reconnue) : « Je n’y connaissais rien. Finalement, j’ai beaucoup appris. Maintenant, quand on en parle en famille, je sais de quoi il est question. » Jeanne (tout aussi discrète sur son nom) : « Cela fait une semaine que je pianote à peu près correctement. »
Toutes ont entre 78 et 91 ans. Elles viennent de découvrir qu’on peut aller chercher un refrain de Ferrat. Un vrai bonheur pour elles qui étaient loin de s’imaginer que de la musique puisse sortir de cet étrange appareil.
Vincent Divoux, directeur du centre socioculturel des Trois-Cités : « Là où il y a déjà une fracture sociale, il ne faut pas ajouter une fracture numérique. Le centre a fait le choix d’investir dans des tablettes numériques. Un investissement de 280€ par tablette. Nous travaillons déjà avec Les Ateliers du Bocage, près de Bressuire, pour compléter notre équipement informatique avec du matériel recyclé et qui fonctionne parfaitement. »
Régine Faget-Laprie, adjointe aux affaires sociales : « On peut apprendre à tout âge. Cette action veut rapprocher les générations, ouvrir les résidants du foyer Marie-Louise Troubat à l’usage de la tablette numérique, dédiaboliser l’outil. » 
Line Forte, responsable de la structure : « Nous bénéficions du concours du centre socioculturel qui met à disposition un animateur, M. Abdellatif Takourbi, qui intervient déjà sur le quartier. C’est une action à mener dans la durée. »
Aux Trois-Cités, des tablettes ont été distribuées à une classe de l’école Tony-Lainé et du collège Ronsard.

Jean-Jacques Boissonneau

Source : La Nouvelle République du 27 Mars 2013

 

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks et pingbacks sont toujours ouverts.